La bataille de Champdomergue

 

La bataille de Champdomergue racontée à ses supérieurs par le capitaine Poul

Copie de la lettre de Mr Poul à Mr de Basville ce 10 septembre 1702 (SHD A1 1614)

Hier 9 de ce mois, étant allé faire raser la maison des Couderc suivant vos ordres avec douze fusiliers d’une compagnie et un sergent, et ayant fait mettre mes gens en besogne, il arriva un paysan de St Germain pour faire marcher la bourgeoisie de tous les endroits disant que ces scélérats étaient au Collet et qu’ils le brulaient. Je partis en même temps pour le Colet, et passant à St-Germain je pris douze hommes de la bourgeoisie. La compagnie des Aires y avait déjà marché. J’y fus en diligence, étant arrivé au passage de la rivière j’appris par les paysans que la compagnie des Aires était à la poursuite de ces gens-là qui étaient au nombre de 150 ou 200 commandés par Laporte et Jean Teissier sr de Chamaurel, frère du sr de Meyrières, et je crois que Salomon Couderc y était aussi, et ayant monté la montagne, j’ai trouvé deux sentinelles que mon beau-frère avait laissé ayant entendu la caisse de ma compagnie, et m’étant fait guider par eux pour rejoindre ladite compagnie j’en trouvai un troisième qui me dit que ces scélérats étaient là auprès, et que la compagnie les observait attendant du secours pour les attaquer, étant arrivé à l’endroit ou était ladite compagnie composée de vingt fusiliers avec la compagnie de bourgeoisie du Collet composée de 30 et le détachement de St Germain composé de dix huit hommes commandé par Mr Gibertin et le frère de Mr de Campredon et mon détachement de 12 fusiliers et un sergent faisant en tout 70 hommes, je montai sur une petite hauteur d’où je dominais l’endroit où ils étaient, je marchais à eux avec toute ma troupe pour tacher de les surprendre, mais ils étaient campés en un endroit fort avantageux pour eux d’où ils ne pouvaient être surpris d’aucune part. Dès que je fus découvert et que j’eus passé un petit défilé pour aller à eux appréhendant leur fuite, je fis serrer mes troupes et les fis mettre en bataille et marcher droit à eux, mais bien loin de fuir ils se mirent en bataille à trois hauteurs et chantèrent un psaume. Ils ne l’eurent pas plus tot chanté qu’ils vinrent nous attaquer vigoureusement, et ayant essuyé la première décharge, je les chargea si vigoureusement que les ayant fait plier je les poursuivis pendant deux heures dans la montagne. Il en a resté vingt trois sur le carreau, savoir vingt hommes et trois femmes sans compter les blessés que je crois être en grand nombre. On m’a dit que Salomon Couderc était du nombre . Il a été du tout impossible de faire des prisonniers, les soldats étant animés et tuant tout ce qui se présentait devant eux. J’en ai seulement conservé un que j’ai trouvé sur le champ de bataille, qui n’est pas encore mort, mais il ne le portera pas fort loin, duquel j’ai tiré de forts bons mémoires que j’aurai l’honneur de vous porter moi-même. Je n’ai eu dans cette occasion que 4 blessés parmi lesquels est Mr Biete mon beau-frère et mon lieutenant qui a une balle qui lui perce le bras, et Mr de Givertin de St Germain blessé à mort de trois balles, deux dans l’épaule et une dans les reins, et deux soldats de St Germain, et moi d’une balle morte au pied, mais cela n’est rien. L’endroit où ils étaient rangés s’appelle le champ de Domergue, où il y avait une grande baraque où ils étaient retranchés dedans et dehors que j’ai fait mettre le feu. Je puis vous assurer que les troupes réglées ne peuvent attaquer en meilleur ordre ni si vigoureusement.

  1. de Fontmorte vient de me joindre aujourd’hui deux heures après minuit avec 27 fusiliers et quelques bourgeois faisant le nombre de 37. Ne vous mettez pas en peine de cette troupe, j’espère de vous en rendre bon compte. Je pars ce matin pour aller faire une recherche pour tacher de trouver les blessés et le reste de la troupe. J’ai pris quinze fusils et quelques pistolets et le pied du soleil du St sacrement de l’église du Colet que j’ai entre mes mains attendant d’avoir l’honneur de vous assurer de mes respects. Je suis …etc