Pierre Rolland

Toutes mes réponses sur les forums

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 65)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : l'ELZE DE SALLIN-POLASTRON CHARLES #7233

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Bonjour,
    Dans les correspondances échangées au sujet de Charles de l’Elze de Polastron (AD 34 C215), son père est toujours appelé Mr de Polastron sans autre précision.Son âge correspond à peu près à la date de naissance que vous donnez (il est âgé d’environ 30 ans en 1746). Il est le 3e de cinq enfants mâles. Son père décède en septembre 1744. Ces éléments vous permettront peut-être de savoir s’il s’agit bien du fils de Sicard Joseph de Salin de Saillans.
    Cordialement
    Pierre ROLLAND

    en réponse à : Dictionnaire des Camisards #6984

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Vous avez parfaitement raison de vous poser la question, il s’agit d’une faute de frappe : il faut lire née vers 1682 et non 1692. Dans son interrogatoire de 1704 elle dit avoir 22 ans. Si cela vous intéresse je peux vous fournir son interrogatoire appelé « audition ».
    Pierre ROLLAND

    en réponse à : Le pasteur Etienne Jallabert 1681 -1885 #6466

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Jean Jallaberd, cy devant ministre de Mr le comte d’Antraigues va en Suisse sortant par Genève passant par Grenoble (liste des « ministres qui doivent sortir » daté du 2 novembre 85, AD34 C279.221).
    Il figure également dans « l’Estat des certificats donnés aux ministres pour sortir du royaume » où il est indiqué devant passer par Lyon (AD34 C279.247).
    Malgré la différence de prénom je pense qu’il s’agit de la personne que vous recherchez qui semble donc bien sorti du royaume en 1685.
    Je ne l’ai pas trouvé mentionné comme participant aux événements de 1683 en Vivarais. Normalement il me semble que les pasteurs de fiefs ne faisaient pas d’actes de baptêmes et mariages et sépultures sauf peut-être pour les nobles qui les employaient.
    Tenez-nous au courant si vous trouvez d’autres choses !
    Pierre ROLLAND

    en réponse à : jean delenne de roquedur pasteur predicant et camisard #6354

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Ci-dessous ce que dit le Mémoire du prédicant Gaubert sur Jean Delenne (Bibliothèque de Genève, Papiers Court 17B)
    Jean Delenne.
    L’an 1702 Jean Delenne, de Roquedur, commença à prêcher, et conti¬nua ainsi deux ans. Il fut après vendu au village de Mars paroisse de Bréau, dans la maison de mr Poignet ; on ne la rasa point, un garçon de la maison s’enfuit et mourut dans sa fuite. Une fille fut mise à Carcassonne où elle resta plusieurs années reléguée. On la sortit après ; un nommé Teulon du même village et Martin dit le Traule, du village de Serres, de la même paroisse le vendirent ; on lui tira un coup de fusil en sautant d’un couvert à l’autre se voulant sauver, et on le blessa à mort ;on le porta au Vigan et mourut la nuit suivante en prison. On l’ex¬posa le lendemain qui était jour de marché en vue tout nu et chacun des ennemis lui disait des injures sur son cadavre comme si ce fut été un tyran. Les gens de bien en gémissaient et s’en détournaient pour ne point le voir et comme la nuit vint, on le mit sur un âne et on l’emporta loin de là, à la voirie, et quelqu’un l’enterra.

    Au cas ou vous ne la connaîtriez pas je vous donne ci-dessous la notice que j’ai consacré à Jean Delenne dans mon Dictionnaire des camisards paru en 1995 :
    DELENNE (LENNE, D’HELENE) Jean, de Roquedur, paysan. Condamné à une amende pour participation à une assemblée le 27 février 1702 (ADHérault C184), prédicant inspiré, il lève une petite troupe de camisards près du Vigan avec Fidel ABRIC. D’après le maréchal de Montrevel, Il était de ceux qui avaient accompli le massacre de St Mamet (arch. Guerre vol 1707 f° 145 et 260, cité par Bosc I 713). Il est surpris et tué près du Vigan le 3 mai 1703 (à Mars près de Bréau): « on lui tira un coup de fusil en sautant d’un couvert à l’autre se voulant sauver » (rel. Gaubert, pap. Court 17B f° 10), « dont il est mort de ses blessures on l’avait mis prisonnier à l’église neuve au Vigan » (Pap. Court vol. 17 B, man. St Hippolyte f° 238). Autres sources : Marion p 33 et 186, Bosc I 691 et 713.

    en réponse à : Galérien François Ripert, de Cabrières d’Aigu #5996

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Le galérien Ripert, de la Brier en Provence (Abriès ? Cabrières ?) a été condamné aux galères à vie le 22 juin 1701 par un conseil de guerre tenu à Poitiers, pour désertion. Il devait être protestant car il a été libéré le 3 juin 1713 avec de nombreux galériens protestant.
    Pierre ROLLAND

    en réponse à : famille de Pierre LAPORTE #5012

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Personne ne répond, car nous avons peu d’éléments :
    1. Je ne pense pas qu’une des soeurs de Pierre Laporte ait pu être à Genève en 1702 : la plus âgée de ses soeurs, Suzanne, ne devait avoir que 13 ou 14 ans à cette époque (Cf Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme 29 année 1880 page 477).
    2. Cavalier, d’après ses Mémoires, ne serait resté que 2 mois à Genève. A ma connaissance il n’y a que Mme Dunoyer qui dit qu’il a été mitron à Genève. A cette époque il n’y a qu’un seul maitre-boulanger à Genève venant de France, c’est Jean Mante de St-Geniès de Malgoirès (Livre des habitants de Genève page 54), et il y a un Jean Mante de St-Geniès de Malgoirès qui part en Suisse avec d’Aigaliers en 1704, et un autre Jean Mentès de St-Geniès de Malgoirès exécuté le 300 août 1703. Mais il se peut aussi que Cavaier ait été mitron chez quelqu’un qui n’avait aucun rapport avec le Languedoc …
    3. Je pense que la famille Laporte n’avait de griefs contre Louis XIV que ceux de tous les autres protestants qui eurent l’obligation de pratiquer la religion catholique et d’abandonner la religion protestante, sous peine de sanctions très lourdes
    Désolé de ne pouvoir vous être plus utile.
    Cordialement
    Pierre ROLLAND

    en réponse à : historique de Camias #5992

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Le mas de Camias, dans la paroisse de St-André-de-Majencoules, est déjà signalé en 1224 (Germer-Durand, Dictionnaire topographique du département du Gard p.43, téléchargeable sur le site Gallica). Donc bien avant les camisards !!!

    en réponse à : Finiel Jacques déporté en 1687 #5983

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Si c’est St-Roman-de-Codières dans le Gard, vous n’avez à mon avis qu’une solution: aller à Nîmes aux archives départementales. Le Gard est en effet l’un des derniers départements français à n’avoir pas mis ses registres d’Etat-civil en ligne !

    en réponse à : Finiel Jacques déporté en 1687 #5981

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Les registres de St-Roman sont en ligne sur le site des archives départementales de la Lozère, sur la commune de Moissac-Vallée-Française

    en réponse à : Jacques Aymar #5978

    Pierre Rolland
    Modérateur

    J’ai eu l’occasion de dépouiller à peu près toutes les archives ce qui concernent la guerre des camisards (Archives départementales de l’Hérault, Papiers Court de Genève, correspondance de Basville et Montrevel au SHAT à Vincennes), nulle part le nom du sourcier qui utilisa son « bâton de Jacob » pour découvrir les camisards n’est cité.
    Court ne dit pas que Aymar est le sourcier que Basville à fait venir probablement parce qu’il n’en a aucune preuve, mais seulement une certitude, vu la notoriété de celui-ci, et à mon avis il utilise le « moyen détourné » que vous qualifiez très justement, pour suggérer qu’il pourrait bien s’agir d’Aymar. Des historiens « modernes » de la guerre des camisards ont eu moins de scrupules et ont sauté le pas en disant qu’il s’agit d’Aymar, mais sans donner de sources !
    Pierre ROLLAND

    en réponse à : La Cévenne embrasée – Sous la croix #5973

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Des Gabriac ont bien été pasteurs du Désert en hautes Cévennes, Jean-Pierre à partir de 1740, son frère Jacques à partir de 1748 (leur vrai nom était Baldran, leur mère étant une Gabriac, sur eux, voir le Lien des Chercheurs Cévenols n° 161 et 162 de 2010). Je pense que le romancier n’a conservé que leur nom ! Léa Begou paraît être un personnage totalement inventé.

    en réponse à : Gédéon Laporte #5060

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Bonjour,
    Après la mort de son père Gédéon, André Laporte qui avait 9 ans a pu partir avec l’aide de sa famille en Allemagne, où il s’installa à Prenzlau.
    Il a eu une descendance en Allemagne jusqu’à nos jours : Mme Ruth Laporte de Gelsenkirchen, et Mme Ulrike Wienert née Laporte de Cologne qui m’a donné ce renseignement et beaucoup d’informations. Malheureusement elle a changé d’adresse mail, et je n’ai pu lui écrire de nouveau.
    Vous pouvez m’écrire en anglais (je le lis mais ne l’écris pas) à l’adresse suivante : pierre.rolland48@gmail.com

    en réponse à : Isabeau Romejon #5963

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Elle a été reprise par la suite avec Bombonnoux, et condamnée et envoyée en prison à Carcassonne. Je perds ensuite sa trace.
    Leur condamnation est aux AD34 C192 dossier 45
    Pierre ROLLAND

    en réponse à : nom des camisards déportés à la galère #5953

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Adrien Trial, né à Vauvert, a été condamné aux galères à Alès le 7 juin 1703 pour avoir été trouvé avec des armes.
    Cordialement

    en réponse à : Apprenti Camisard. #5923

    Pierre Rolland
    Modérateur

    Je connais bien (par les textes en tout cas !) la grotte des camisards du mont Bouquet, et même la Monnedière (à 600m à l’ouest de Suzon). Vous trouverez des renseignements sur ces intéressantes grottes dans le livre de Claude Viala, Grottes et caches camisardes, auquel j’ai eu le plaisir de participer. Il y a en Cévennes une bonne dizaine de grottes des camisards, et pour beaucoup les camisards n’y ont pas mis les pieds !
    On ne peut pas tout mettre sur un site internet sur un sujet aussi vaste que le notre. Si vous jugez que c’est un manque important, faites un article, avec une ou deux photos si possible et nous le mettrons sur le site.
    Cordialement
    Pierre ROLLAND

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 65)