Presbytère de La Salle-Prunet

Bienvenue Forums Forum de camisards.net Presbytère de La Salle-Prunet

Ce sujet a 28 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Hervé Pijac, il y a 1 mois et 1 semaine.

14 sujets de 16 à 29 (sur un total de 29)
  • Auteur
    Messages
  • #5375 Répondre

    Cécile Reynes

    Je reviens sur ce dossier après un long silence.
    Concernant JP Gabriac, je pense qu’il y a beaucoup d’écrits le concernant, mais une biographie? je ne sais pas. Ce serait intéressant.
    Il se trouve que je viens de rencontrer quelques habitants du village de la Grand’Ville, commune de la Salle-Prunet, qui sont passionnés des Camisards et m’ont raconté un incident qu’on se transmet de générations en générations dans le village, mais il semble qu’il n’y ait pas d’écrits la-dessus. Il s’agirait d’une embuscade tendue par le frère et le fiancé d’une jeune fille emmenée prisonnière entre deux gardes (des Miquelets, dit-on ?). Ils auraient tué les deux gardes au lieu-dit La Mothe ou la Motte ??? (j’ai des photos du site) pour libérer la jeune fille. Les représailles furent sanglantes.

    #5376 Répondre

    Gilbert RAMPON

    Yves KRUMENACKER, en collaboration avec Bubert BOST vient de faire éditer aux Editions Honoré Champion Un « Dictionnaire des Pasteurs du Désert ». Il y une biographie du Pasteur Jean Pierre Gabriac (pages 165 et 166).
    Ce document existe à la Faculté de Théologie de Montpellier sous le n° TO 49492

    #5377 Répondre

    Cecile Reynes

    Concernant ce Louis Mazauris, je crois que c’est un nom que j’ai vu passer, il faudra que je fasse des recherches. Je serais intéressée de savoir le contenu de ces lettres, surtout si elles évoquent ce presbytère clandestin de la Salle-Montvaillant.

    #5378 Répondre

    Depasse, Henri

    Le « séminaire » du pasteur Jean-Pierre Gabriac (°1715 +1787 ?) était clandestin, donc, dans une région, les Hautes Cévennes, surveillée par les curés, les troupes et des espions, il n’était pas question de donner des cours en un bâtiment particulier, qui aurait été vite dénoncé. Je suis persuadé que ce pasteur clandestin et itinérant , qui se déguisait en soldat, paysan ou colporteur, était accompagné de ses rares élèves dans tous ses déplacements. Il serait intéressant de connaître exactement quelles furent exactement les années d’existence de ce « séminaire ambulant ». Se serait-il fixé à Prunet dans les années qui précèdent la Révolution, ce pasteur étant alors très âgé ?

    #5379 Répondre

    Depasse, Henri

    L’ouvrage d’Edmond Hugues « Les Synodes du Désert » (1891) présente plusieurs procès verbaux de Synodes des Hautes Cévennes. Quatre d’entre eux abordent la question du financement de la formation des pasteurs de cette Province par la pasteur Jean-Pierre Gabriac :
    – 1-2 juillet 1761; 6-7 avril 1763; 23-24 avril 1766 et 1er juillet 1772. Lors de ce dernier synode, il est dit : » Les sieurs Jean Blanc et Job Lafont, disciples de M. Gabriac, pasteur, ayant été obligés pour obéir aux ordres du gouvernement, de se retirer d’auprès leur directeur, demandent à cette assemblée les moyens de continuer leurs études , etc  »
    Selon Charles Coquerel : Histoire des Eglises du Désert » (1841), lors du Synode national des1-10 juin 1765, il n’y a qu’un seul étudiant en Hautes Cévennes.
    A cette époque, les pasteurs étaient itinérants dans leur Province et vu le danger qu’ils encouraient dans ces régions surveillées par les troupes, les curés et des espions, ils ne possédaient pas de points d’attache permanents.
    J’aimerais connaître sur quel document M. Lasserre se base pour affirmer que « cette école…comptera jusqu’à dix-huit élèves. »

    #5380 Répondre

    Depasse, Henri

    L’ouvrage d’Edmond Hugues « Les Synodes du Désert » (1891) présente plusieurs procès verbaux de Synodes des Hautes Cévennes. Quatre d’entre eux abordent la question du financement de la formation des pasteurs de cette Province par la pasteur Jean-Pierre Gabriac :
    – 1-2 juillet 1761; 6-7 avril 1763; 23-24 avril 1766 et 1er juillet 1772. Lors de ce dernier synode, il est dit : » Les sieurs Jean Blanc et Job Lafont, disciples de M. Gabriac, pasteur, ayant été obligés pour obéir aux ordres du gouvernement, de se retirer d’auprès leur directeur, demandent à cette assemblée les moyens de continuer leurs études , etc  »
    Selon Charles Coquerel : Histoire des Eglises du Désert » (1841), lors du Synode national des1-10 juin 1765, il n’y a qu’un seul étudiant en Hautes Cévennes.
    A cette époque, les pasteurs étaient itinérants dans leur Province et vu le danger qu’ils encouraient dans ces régions surveillées par les troupes, les curés et des espions, ils ne possédaient pas de points d’attache permanents.
    J’aimerais connaître sur quel document M. Lasserre se base pour affirmer que « cette école…comptera jusqu’à dix-huit élèves. »

    #5381 Répondre

    Rampon Gilbert

    J’ai consulté le « Dictionnaire des pasteurs dans la France du XVIIIe siècle » paru aux éditions Honoré Champion en 2008. La référence à Jean-Pierre Gabriac, donnée par Y. Krumenacher est bien là. Il est simplement indiqué dans cette notice: »à la tête d’un séminaire clandestin à la Salle, près de Thorac et de Montveillant entre 1763 ett 1772 environ ».
    Qu’est-ce que Thorac?

    #5382 Répondre

    Pierre Rolland
    Admin bbPress

    Thorac = mauvaise lecture de Florac (ou coquille d’imprimerie)

    #5383 Répondre

    Rampon

    Quelqu’un a-t-il une photo du Presbytère où se tenait le Séminaire de la Salle-Prunet?

    #5384 Répondre

    Depasse henri

    Séminaire du pasteur Gabriac. Comme tous les pasteurs du Désert, Gabriac était itinérant dans sa circonscription. ses élèves l’accompagnaient dans ses déplacements et apprenaient le métier sur le terrain. Dans une région où chaque village avait son prieur ou son curé, indicateurs des autorités , comment aurait-il pu tenir un séminaire dans un immeuble !

    #5385 Répondre

    Jean-Luc Chapelier

    Bonjour.
    Sur le pasteur Gabriac. A la SHPF.
    Ms 447-451Collection du pasteur Léo Farelle. Recueil de pièces originales sur le protestantisme en Languedoc et Cévennes, du XVIe au XIXe siècle
    Ms 449 1-2 Recueil de sermons, originaux et imprimés, du XVIIIe et du début du XIXe siècle, notamment des pasteurs Combes, Gabriac, Philip, Pascal, etc.
    Bine cordialement

    #5386 Répondre

    MS

    J’ai moi-même habité le « presbytère » de la Salle-Prunet (la maison attenante à l’église) mais il ne faut pas confondre « La Salle-Montvaillant » et « Prunet ». Prunet est un village qui a complètement disparu (mais on y a trouvé des vestiges de cimetière) tout à côté du hameau de La Valette, au dessus de La Salle-Prunet, côté est.

    #12289 Répondre

    Alain Combes

    IL est fort possible qu’un séminaire protestant ,sous l’égide du pasteur Gabriac est eu lieu dans ce secteur des Cévennes . Les ministres protestants n’aimant pas trop dépendre , avec les difficultés que représentaient les voyages clandestins, des « refuges » de Lausanne où Genève.
    Personnellement j’ai découvert le séminaire clandestin de Beauregard « le Gravas » sur le village d’Arphy dans les Cévennes Viganaises . Il a été crée dans la propriété du frère du pasteur Gaubert , sous l’égide du pasteur Boyer,avec la présence des pasteurs Grail et Marazel. La famille Gaubert d’Arphy conserve encore un dictionnaire manuscrit de la main de Boyer, ouvrage comprenant l’explication des mots Calvin , Camisard etc .

    #23857 Répondre

    Hervé Pijac

    Que voilà des échanges passionnants qui démontrent bien
    – qu’un forum internet « maîtrisé » est d’une richesse incroyable et très utile aux chercheurs (que je félicite au passage) ;
    – pour mon ami Pierre, qu’il était indispensable de poursuivre l’aventure, il me comprendra !
    Bien cordialement à tous,
    Hervé

14 sujets de 16 à 29 (sur un total de 29)
Répondre à : Presbytère de La Salle-Prunet
Vos informations: