Vue par Louvreleuil

La bataille de Champdomergue vue par Louvreleuil

Le neuvième jour du mois de septembre, à deux heures après minuit, le son du tambour me réveilla, et j’entendis qu’on disait à la rue que les ennemis étaient arrivés au Collet-de-Dèze le soir précédent à dix heures. Cette nouvelle était [fut] confirmée, et nous apprîmes qu’ils avaient usé de ce stratagème. Ils avaient fait rendre une fausse lettre à M. de Cabrières, où ils l’avertissaient, sous un nom supposé, qu’il y avait une assemblée en un certain lieu du voisinage à neuf heures du soir, ne doutant pas qu’il n’y courût aussitôt avec sa compagnie pour la dissiper. En effet, ce capitaine ne négligea pas cet avis, et ils ne négligèrent point de se servir de son absence, mais ils descendirent au Colet deux heures après son départ, y préchèrent dans le Temple, qui était le seul des Cévennes qu’on n’avait pas démoli, à cause du dessein que feue Mademoiselle la marquise de Portes avait d’y faire un hôpital[1] ; ils fanatisèrent, ils pillèrent la maison du premier consul, la chambre de l’officier ci-devant nommé, le logis de M. Parayre, le curé, qui s’était caché dans une vigne avec M. Roux, prieur de Saint-Michel, d’où ils entendaient leurs huées ; enfin ils se retirèrent une heure après minuit par le chemin qui mène vers Coudouloux.

On les attendait néanmoins de pied ferme à Saint-Germain de peur d’une surprise, quand on vit paraître le capitaine Poul avec douze soldats pour raser la maison de deux frères qui s’étaient enrôlés parmi les rebelles. Le maire assembla le conseil et l’on délibéra de le prier de nous défendre ; mais il jugea plus à propos qu’il devait aller attaquer les ennemis. Ainsi il choisit vingt-deux jeunes hommes du bourg ou de la paroisse, robustes et vigoureux, qu’il joignit à sa brigade, et après avoir fait charger tous leurs fusils, il prit congé de nous. En ce moment il envoya un exprès à l’officier des Aires pour lui donner ordre de se rendre au Colet avec sa compagnie, à midi ; le sieur de Cabrières était déjà revenu de son expédition avec la sienne, et se disposait à suivre pas à pas les ennemis[2] en attendant du secours ; ces trois compagnies s’unirent donc ensemble, ensuite le capitaine Poul leur commanda de visiter leurs armes et de les mettre en bon état, de ne pas tirer sur le gros des rangs, mais de choisir chacun son homme, de faire leurs efforts pour se posséder au commencement du combat, de se coucher sur leur ventre quand les huguenots[3] feraient feu contre eux, ou de se tenir derrière des arbres ; il leur défendit surtout de ne faire aucune décharge sans son commandement. Ayant ainsi préparé ce petit bataillon, il marcha après les fanatiques, et il les trouva, dans deux heures, avantageusement campés sur une hauteur qui avait au-dessous une petite plaine appelée Champ-Domergue, et un bois penchant de châtaigniers. Comme tout son monde était fumant de [tout en] sueur il fit halte, et il considera ce qu’il avait à faire.

Pendant ce repos, Laporte anima ses gens par un verset d’un psaume et attaqua rapidement le sieur Poul : le combat se commença avec beaucoup de vigueur et s’échauffa bientôt ; il se fit un grand feu d’un côté et d’autre, mais il y eut cette différence que la plupart des hérétiques tirèrent de faux coups, et que les catholiques tuaient ou blessaient dans toutes leurs décharges[4]. (Du récit du sieur Gibertain, blessé en ce combat.) Enfin Laporte voyant quinze de ses soldats étendus par terre et plusieurs autres dérangés et en déroute, prit le parti de gagner en retraite la crête de la montagne. Ceux de Saint-Germain se distinguèrent dans cette occasion, et ils méritèrent les louanges de leur commandant avec d’autant plus de justice, que de cinq blessés il y en avait trois d’entre eux. Le sieur du Gibertain, qui avait reçu deux coups de mousquet, l’un à la hanche, l’autre à l’épaule, fut fait lieutenant de la compagnie des dragons du sieur Poul, en reconnaissance de sa valeur.

[1] Indication strictement exacte.

[2] En quelques lignes, les futurs “ camisards ” sont nommés “ ennemis ”, “ huguenots ”, “ fanatiques ”, “ hérétiques ”.

[3] L’Ouvreleul utilise régulièrement ce mot comme synonyme de protestants.

[4] Ce trait est peut-être authentique, à moins qu’il ne ressortisse à un merveilleux typique de mentalités anciennes.

 

La bataille de Champdomergue

 

La bataille de Champdomergue racontée à ses supérieurs par le capitaine Poul

Copie de la lettre de Mr Poul à Mr de Basville ce 10 septembre 1702 (SHD A1 1614)

Hier 9 de ce mois, étant allé faire raser la maison des Couderc suivant vos ordres avec douze fusiliers d’une compagnie et un sergent, et ayant fait mettre mes gens en besogne, il arriva un paysan de St Germain pour faire marcher la bourgeoisie de tous les endroits disant que ces scélérats étaient au Collet et qu’ils le brulaient. Je partis en même temps pour le Colet, et passant à St-Germain je pris douze hommes de la bourgeoisie. La compagnie des Aires y avait déjà marché. J’y fus en diligence, étant arrivé au passage de la rivière j’appris par les paysans que la compagnie des Aires était à la poursuite de ces gens-là qui étaient au nombre de 150 ou 200 commandés par Laporte et Jean Teissier sr de Chamaurel, frère du sr de Meyrières, et je crois que Salomon Couderc y était aussi, et ayant monté la montagne, j’ai trouvé deux sentinelles que mon beau-frère avait laissé ayant entendu la caisse de ma compagnie, et m’étant fait guider par eux pour rejoindre ladite compagnie j’en trouvai un troisième qui me dit que ces scélérats étaient là auprès, et que la compagnie les observait attendant du secours pour les attaquer, étant arrivé à l’endroit ou était ladite compagnie composée de vingt fusiliers avec la compagnie de bourgeoisie du Collet composée de 30 et le détachement de St Germain composé de dix huit hommes commandé par Mr Gibertin et le frère de Mr de Campredon et mon détachement de 12 fusiliers et un sergent faisant en tout 70 hommes, je montai sur une petite hauteur d’où je dominais l’endroit où ils étaient, je marchais à eux avec toute ma troupe pour tacher de les surprendre, mais ils étaient campés en un endroit fort avantageux pour eux d’où ils ne pouvaient être surpris d’aucune part. Dès que je fus découvert et que j’eus passé un petit défilé pour aller à eux appréhendant leur fuite, je fis serrer mes troupes et les fis mettre en bataille et marcher droit à eux, mais bien loin de fuir ils se mirent en bataille à trois hauteurs et chantèrent un psaume. Ils ne l’eurent pas plus tot chanté qu’ils vinrent nous attaquer vigoureusement, et ayant essuyé la première décharge, je les chargea si vigoureusement que les ayant fait plier je les poursuivis pendant deux heures dans la montagne. Il en a resté vingt trois sur le carreau, savoir vingt hommes et trois femmes sans compter les blessés que je crois être en grand nombre. On m’a dit que Salomon Couderc était du nombre . Il a été du tout impossible de faire des prisonniers, les soldats étant animés et tuant tout ce qui se présentait devant eux. J’en ai seulement conservé un que j’ai trouvé sur le champ de bataille, qui n’est pas encore mort, mais il ne le portera pas fort loin, duquel j’ai tiré de forts bons mémoires que j’aurai l’honneur de vous porter moi-même. Je n’ai eu dans cette occasion que 4 blessés parmi lesquels est Mr Biete mon beau-frère et mon lieutenant qui a une balle qui lui perce le bras, et Mr de Givertin de St Germain blessé à mort de trois balles, deux dans l’épaule et une dans les reins, et deux soldats de St Germain, et moi d’une balle morte au pied, mais cela n’est rien. L’endroit où ils étaient rangés s’appelle le champ de Domergue, où il y avait une grande baraque où ils étaient retranchés dedans et dehors que j’ai fait mettre le feu. Je puis vous assurer que les troupes réglées ne peuvent attaquer en meilleur ordre ni si vigoureusement.

  1. de Fontmorte vient de me joindre aujourd’hui deux heures après minuit avec 27 fusiliers et quelques bourgeois faisant le nombre de 37. Ne vous mettez pas en peine de cette troupe, j’espère de vous en rendre bon compte. Je pars ce matin pour aller faire une recherche pour tacher de trouver les blessés et le reste de la troupe. J’ai pris quinze fusils et quelques pistolets et le pied du soleil du St sacrement de l’église du Colet que j’ai entre mes mains attendant d’avoir l’honneur de vous assurer de mes respects. Je suis …etc

 

Jean Cavalier à Champdomergue

Cette relation est tirée du "Manuscrit de la Haye", version en français et "brouillon" probable de ses Mémoires publiés en anglais, éditée par les Editions de Paris en 2011 sous le titre : Mémoires du colonel Cavalier sur la guerre des camisards, présentation et transcription de Pierre Rolland.
Elle est très différente de celle qu’il donne dans la version anglaise, où il affirme que Gédéon Laporte lui confia le commandement de la troupe, et, moins valorisante pour lui elle est probablement plus exacte !

Monsieur de Broglio ayant fait quelque séjour dans les hautes Cévennes, et étant obligé de s'en retourner à Montpellier, laissa dans ce pays-là un certain Poulle[1], capitaine de dragons et fameux partisan avec trois compagnies franches pour nous poursuivre, ce qu'il avait toujours fait : il nous serrait de si près qu'un jour il nous atteignit proche d'un bourg qu'on appelle le Collet-de-Dèze sur une haute montagne. Quand nous les vîmes si proche, et qu'il n'y avait plus moyen de reculer, nous l'attendîmes de pied ferme et d'assez bonne grâce ; mais dès qu'il commença à faire feu sur nous, qui n'étions point accoutumés à ce tintamarre, nous n'eûmes pas besoin de commandement de faire demi-tour à gauche ; tous firent volte face et s'enfuirent à la débandade. Ce capitaine nous donna la chasse pendant une heure, quelqu'uns de nos gens furent tués et le reste dispersés, sans aucune apparence de nous jamais rejoindre. Ce vainqueur s'en retourna tout couvert de lauriers, après avoir exterminés les scélérats, c'est ainsi qu'on nous appelait dans ce temps-là. A cette nouvelle, M. de Broglio fit assembler la milice pour anéantir ce qui restait de notre débris ; on allait après nous comme à la chasse du sanglier, et on nous cherchait dans les bois et sur les plus hautes montagnes ; plusieurs de nos gens furent pris dans cette dispersion, et immédiatement exécutés.

 

[1] Le capitaine Poul, redouté des camisards avait capturé, avec sa compagnie franche, au Plan de Fontmort Esprit Séguier et quelques autres.

 

Les Chemins de la Liberté

Dès les années 2005 des projets de "Chemins camisards" virent le jour. Un découpage géographique des Cévennes fut proposé par Pierre Rolland à la demande de Daniel Travier et agréé par le Parc National des Cévennes et diverses personnalités compétentes (cf textes publiés anciennement à ce sujet dans camisards.net).
À cette heure, deux des dix chemins camisards ont été réalisés (panneaux sur le terrain et carnet d'accompagnement).
Le premier chemin a été réalisé par le Parc National des Cévennes en 2011 (Chemin de la liberté, Les premiers camisards), sur une zone s'étendant du Pont-de-Montvert à Barre-des-Cévennes. Odile Rivals et Henry Mouysset en ont été les chevilles ouvrières.
Le second chemin a été mis au point en 2015 avec l'association Ducéfédé à la ligne verte comme maître d'oeuvre. Il est intitulé "Au pays de Jouany" et se situe à l'est du premier (Bordure est du mont Lozère, Vallée longue, vallée du Galeizon). Henry Mouysset et Laurent Aiglon ont principalement assuré cette réalisation.

Recension des articles sur les camisards de la revue LCC

Créée en septembre 1974, cette revue, le Lien des Chercheurs Cévenols, publie trimestriellement des articles d’un très grand intérêt pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des Cévennes.

Nous n’avons répertorié ici que les articles concernant la guerre des camisards, en écartant les articles consacrés aux cévenols du refuge, aux pasteurs des périodes antérieures, etc. L’ordre suivi est celui, chronologique, de parution.
La plupart de ces articles peuvent être trouvés sur le site internet de LCC : http://www.cevenols.fr/

Ph. Joutard : Guerre des Camisards et cartes anciennes des Cévennes, LCC n° 16, 1977, pp. 49-51 ; sur les cartes anciennes des Cévennes, voir aussi LCC n° 3 pages 3 à 5, et n° 4 pages 8 et 9

O. Poujol : recension de " La Légende des Camisards " (Ph. Joutard - Gallimard 1977), LCC n° 18, 1977, pp. 75-76.

Questions/Réponses : Château de la Reine des Camisards, LCC n° 21, p. 42 et LCC n° 22, pp. 57-58.

Famille du camisard Jean Cavalier (réponse à une question de H. Depasse et G. Blanc), LCC n° 32,1980, p.20 et LCC n° 33, 1980, p. 40.

Ph. Chareyre : Inventaire Archives Nationales série TT concernant la Lozère et l'Ardèche (nombreuses pièces relatives à la Guerre des Cévennes et à l'exercice de la RPR), LCC n° 47, 1982, pp. 54-56.

D. Travier : Guerre des Camisards et cartes anciennes des Cévennes, suite du numéro 16 : LCC n° 49, 1983, p. 7.

Question : Ascendance de Marie Cavalier, LCC n° 59, 1984, p. 55.

P.A. Clément : recension de l'ouvrage de Robert Poujol " Basville, roi solitaire du Languedoc ", LCC n° 91, 1992, p. 48.

R. Cuche : Les premiers pasteurs du Collet-de-Dèze, LCC n° 93, 1993, pp. 4-5.

P.A. Clément : Quand les troupes royales escortaient les troupeaux transhumants, LCC n°96, 1993, p.61.

Fac similé d’une demande de remboursement des dégats causés par les camisards d’André Bondurant " plus vieux apothicaire de Génolhac " LCC n°99, 1994, dernière page de couverture.

Une série d’articles a commencé dans le numéro 100 de janvier-mars 1995, consacrée à la publication des listes d’ " absents phanatiques et camisards " des Cévennes en 1703 d’après les listes du volume 1640 des archives du ministère des Affaires étrangères et les listes du dossier C185 des archives départementales de l’Hérault. Chaque article publie par commune (paroisse à l’époque) cévenole une reproduction scannée des originaux de ces listes, une transcription, et une carte de la paroisse avec les lieux-dits mentionnés .
Ont été ainsi publiées les listes de :
- Moissac et St-Roman (n° 100 fascicule 2 janvier-mars 1995)
- Ste-Croix-Vallée-Française (n° 101 avril-juin 1995)
- Gabriac (n° 102 juillet-septembre 1995)
- Molezon (n° 103 octobre-décembre 1995)
- Le Bousquet-de-la-Barthe (n° 104 janvier-mars 1996)
- Le Pompidou (n° 105 avril-juin 1996)
- St-Martin-de-Campselade (n° 106 juillet-septembre 1996)
- Fraissinet-de-Fourques (n° 107 octobre-décembre 1996)
- Vébron (n° 108 janvier-mars 1997)
- St-Laurent-de-Trêves (n° 110 juillet-septembre 1997)
- Florac (n° 111 octobre-décembre 1997)
- Prunet La Salle Montvaillant (n° 113 avril-juin 1998)
- St-Julien d’Arpaon (n° 114 juillet-septembre 1998)
- Grizac (n° 115 octobre-décembre 1998)
- Fraissinet-de-Lozère (n° 116 janvier-mars 1999)
- Frutgères et le Pont-de-Montvert (n° 117 avril-juin 1999)
- Cassagnas (n° 120 janvier-mars 2000)
- St-Privat-de-Vallongue (n° 121 avril-juin 2000)
- St-Frézal-de-Ventalon (n° 123 octobre-décembre 2000)
- St-Hilaire-de-Lavit (n° 124 janvier-mars 2001)
- St-Michel-de-Dèze (n° 125 avril-juin 2001)
- St-Julien-des-Points (n° 126 juillet-septembre 2001)
- St-Andéol-de-Clerguemort (n° 127 octobre-décembre 2001)
- le Collet-de-Dèze (n° 128 janvier-mars 2002)
- Lamelouze (n° 129 avril-juin 2002)
A paraître en juillet 2002 St-Martin-de-Boubaux, puis St-André-de-Lancize, St-Etienne-de-Valfrancesque, St-Germain-de-Calberte, St-Martin-de-Lansuscle, Bedoues Cocurès et les Bondons...

Dans le numéro 129, un article d'André Claveirole intitulé : En marge du grand brûlement, expose comment le prieur de St-Paul-la-Coste utilise les fruits de la dîme comme aide à la reconstruction des maisons des plus pauvres de sa paroisse
Dans le numéro 119 (octobre-décembre 1999), un important article de monsieur Alègre de la Soujeole sur la prise par ruse du château de Servas par la troupe de Jean Cavalier le 21 décebre 1702.

Dans le même numéro, une recension d’André Claveirole du livre de Jean-Paul Chabrol " Elie Marion, le vagabond de Dieu " (1999, Edisud).

Dans le numéro 116 (janvier-mars 1999), un document des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques au sujet d’un hypothétique trafic d’armes entre le Béarn et les Cévennes en 1703.

Enfin, vient de paraître un Hors-série de Virginie Monier : Belvezet dans la guerre des Cévennes (6 euros)

Les articles plus récents seront répertoriés dans notre prochaine mise à jour !

Monographies locales ou régionales

ANDRE Abbé René : Saint-Hilaire-de-Brethmas, aux portes d'Alès p 58-63 Nîmes Lacour 1988

ANONYME (A de C ?) : La Salindrinque pages 70-84 1901 Réédition Lacour 1989

ANTON Jules : Lueurs dans les ténèbres. Contribution à l'histoire des camisards dans la vallée du Galeizon 369 p. Alès Groupe de sauvegarde des vestiges historiques de Cendras 1991

ARNAL Paul : L'église réformée de Florac avant la révolution française p 81-86 Vals-les-Bains 1896

ARNAUD E. : Histoire des protestants du Vivarais et du Velay, tome 2 pages 61 à 94 Paris Grassart 1888 Paris 2 vol. Réédition Slatkine

ATGER Charles : Histoire de l'Eglise réformée de Mialet p 41-51 En Cévennes 1938

BERNARDY André : Remontons la Gardonnenque pages 156-185 Uzès Ateliers Henri Peladan 1961

BERNARDY André : Euzet mon pays. Contribution à l'Histoire de quelques villages de l'Uzège p 97-127 Uzès Ateliers Henri Peladan 1958

BONNET Jules : Souvenirs de l'Eglise Réformée de la Calmette. Pages d'histoire locale p 44-47 Paris Fischbacher 1884

BORREL A. : Histoire de l'Eglise de Nîmes pages 352-370 de la 2e édition Toulouse Société des livres religieux 1856

BOUSIGES Richard : Un village catholique pendant la guerre des camisards. Saint-Florent 1703-1705 130 p Salindres Librairie occitane 1995

BRUYERE Abbé Marcel : Alès, capitale des Cévennes. Vie politique, religieuse, intellectuelle, économique et sociale p 288 à 296 Nîmes Henri Mauger 1948

CADIX Pasteur Gaston : L'Eglise Réformée de Saint Jean de Gardonnenque en Cévennes 1551-1957 p 34, 37, 144-146 Lutry 1959

CANTALOUBE Chanoine C. : La Réforme en France vue d'un village cévenol pages 205-222 Paris Editions du Cerf 1951

CHABROL Jean-Paul : La Cévenne au village. Barre des Cévennes sous l'Ancien régime : 1560-1830 pages 199 à 213 Aix-en-Provence Edisud 1983

CHASTAND André : Histoire d'Anduze p 71-75 Anduze Imprimerie du Languedoc 1965

COLLECTIF : Entre Cévennes et garrigues, le village de Bouquet pages 86-89 Nîmes Lacour 1987

CORBIERE Philippe : Histoire de l'Eglise réformée de Montpellier, depuis son origine jusqu'à nos jours, avec de nombreuses pièces inédites sur le Languedoc, les Cévennes et le Vivarais pages 336-350 Montpellier 1861

DAUMAS Jean-Marc : Marsillargues en Languedoc. Fief de Guillaume de Nogaret. "Petite Genève" pages 114-116 Calvisson 1985

DECORVET Boris : La lumière qui ne s'éteint pas. Un aperçu de la Réforme en Uzège et en Gardonnenque. Histoire de l'Eglise de St-Geniès-de-Malgloirès (1530-1938) Musée du Désert 1939

DONCK Raymond : Vergèze porte de la Vaunage p 114-130 Nîmes Lacour 1987

DUPOUY Lise : Les protestants de Florac, de la Révocation de l'édit de Nantes à l'édit de Tolérance, 1685-1787 Paris Librairie protestante 1968

DURAND Ernest : Nouvelles notes pour la monographie de Peyremale p 65-87 Alès, Imprimerie Brabo 1905 Réédition vers 1990 sans mention de lieu, de date, ni d'éditeur

DURAND Joachim : Notes sur la commune gardoise de Laval-Pradel p 37-41 Nîmes 1974

EXBRAYAT Idebert : Si la Vaunage m'était contée, ou la Bible de sang pages 96-120 La Bégude de Mazenc Imprimerie de la mission évangélique des Alpes françaises 1976

FANGUIN Pierre : Textes et documents sur l'histoire du protestantisme dans le Gard pages 91 à 124 Nîmes 1986

GERMAIN : Histoire de l'Eglise de Nîmes tome 2 pages 427-433 1842

GERMAIN Jean : Sauve, antique et curieuse cité pages 247-276 Montpellier 1952

GOILLON Lucien : Si m'était conté St-Etienne en Cévenne, notes d'histoires sur Saint-Etienne-Vallée-Française p 75-89 Nîmes Lacour 1989

GORLIER Pierre : Le Vigan à travers les siècles. Histoire d'une cité languedocienne pages 173-175 1955

HUGON André : Le temple et l'histoire de la paroisse réformée du Collet-de-Dèze pages 68 à 77 1975

HUGUES J.-P. : Histoire de l'Eglise réformée d'Anduze depuis son origine jusqu'à la Révolution pages 713-749 Montpellier 1862 Réédition Lacour 1993

LEONARD E. G. : Mon village sous Louis XV pages 247 et 248 1941

MALZAC Dr Louis : Les cachettes huguenotes aux environs de Lasalle et dans les Cévennes 166 p. En Cévennes 1914

MANEN, JOUTARD Henri, Philippe : Une foi enracinée : la Pervenche pages 79 à 94 Valence Imprimeries réunies 1972

MENARD Léon : Histoire civile et ecclésiastique de la ville de Nismes vol 6 tome V, page 339-374 de l'édition du 19e siècle Paris 1744

MOURS Samuel : Le Haut Vivarais protestant pages 86 à 89 Alboussière Le trait d'union 1935

MOURS Samuel : Le protestantisme en Vivarais et en Velay pages 300 à 323 Valence Imprimeries réunies 1949

NICOLAS Abbé C. : Histoire de Génolhac pages 74 à 86 1895 Réédition Lacour 1990

OLLIER abbé : Histoire des guerres de religions en Gévaudan Tours 1886

PAYSAN G : Les Camisards du Vivarais 244 p. Banne Imprimerie Humbert et fils 1981 Réédition La Bouquinerie Valence 2001

PEYRIAT André : Histoire de St-Hippolyte du Fort pages 110-134 Nîmes Ateliers Bruguier 1939

POUJOL Robert : Vébron, histoire d'un village cévenol pages 191-193 Aix-en-Provence Club cévenol-Edisud 1981

RABAUD Camille : Histoire du protestantisme dans l'Albigeois et le Lauragais Paris Fishbacher 1898

RAYMOND Louis : Le Barjaquès. Tome 1 Vallée de la Cèze, Ferreyroles. p 84 à 97 St-Hilaire-de-Brethmas Racines et Patrimoines Occitans 1993

RIBARD Clément : Notes d'histoire cévenole d'après des documents la plupart inédits 344 p Cazilhac s d 1899 Réédition Lacour 1996

ROBERT-LABARTHE : Histoire des protestants dans le Haut Languedoc, le Bas Quercy et le comté de Foix (16851789) Tome 1 pages 247-265 Paris 1892

ROUQUETTE Abbé : Histoire de la ville de Ganges p 155-170 Montpellier 1904

TEISSIER DU CROS Rémi : Chroniques cévenoles. Une famille de filateurs de soie à Valleraugue (1792-1904) pages 51-54 Montpellier Presses du Languedoc 1996

Livres français concernant les camisards mais touchant une période historique plus grande, ou concernant également d’autres sujets que les camisards

ANDRE Ferdinand : Documents historiques et inédits sur les guerres de religion en Gévaudan Mende 1888

BASTIDE Samuel : Les galériens pour la foi Musée du Désert s.d.

BONNEMERE Eugène : Histoire de quatre paysans : le Grand Ferré, Lèbre, Jean Cavalier et Roland Laporte 95 p., in 16 Paris 1882

BOST Charles : Les martyrs d'Aigues-Mortes 150 p. , in 8 Paris La Cause 1922

CABIRON : Quelques documents 66 p. in 4 Nîmes 1884

COMBET Scipion : Histoire de France sous le rêgne de Henri III (réédition complêtée par l'histoire protestante de 1589 à la Révolution) 612, 560 et 823 p. Alais J. Martin 1844-1845

COQUEREL C. : Histoire des Eglises du Désert Paris 1841

COQUEREL Athanase (fils) : Les forcats pour la foi. Etude historique. 1684-1775 376 p., in 8 Paris Michel Lévy frères 1866

DEDIEU Joseph (abbé) : Le Rôle politique des Protestants francais (1685 à 1715) XVII+362 p. Paris Bloud et Gay 1921

DOUMERGUE E. : Le centenaire du temple d'Anduze, 1823-1923, le psaume dans les Cévennes, le grand temple d'Anduze de 1823, études et notes documentaires sur les camisards et le prophétisme cévenol 124 p. in 8 Anduze 1924

JACCARD Emile : Le marquis Jacques de Rochegude et les protestants sur les galères 1898

JANZÉ (de) : Les Huguenots, cent ans de persécution (1685-1789) Paris 1886

JOUTARD Philippe : La Légende des Camisards, une sensibilité au passé 444 p. Paris Gallimard 1977

LELIEVRE Mathieu : Sur les galères de Louis 14 s.d.

LELIEVRE Mathieu : De la Révocation à la Révolution 555 p., in 8 Paris Fischbacher 1911

MONTVAILLANT Albin de : Récits de Hollande 231 p. Paris Dentu 1884

MORET Ernest : Quinze ans du rêgne de Louis XIV (1700-1715) Paris 1851

MOURS Samuel : Les galériens protestants (1683-1775) 58 p. Paris Librairie protestante 1971

MURET Th. : Les galériens protestants 1854.

PEYRAT Napoléon : Histoire des Pasteurs du Désert depuis la révocation de l'Edit de Nantes jusqu'à la Révolution française 516 et 552 p., in 8 Valence Marc Aurel frères 1842

POUJOL Robert : Basville roi solitaire du Languedoc 332 p. Montpellier Presses du Languedoc 1992

TOURNIER Gaston : Les Galères de France et les galériens protestants des XVIIe et XVIIIe siècles 295, 486 , 450 p. En Cévennes Musée du Désert 1943, 1944, 1949 Réédité en 1984 en 2 vol. aux Presses du Languedoc

VIDAL Daniel : Le malheur et son prophète. Inspirés et sectaires en Languedoc calviniste (1685-1725) 368 p. Paris Payot 1983

ZYSBERG André : Les galériens. Vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France. 1680-1748 432 p. Paris Le Seuil 1987.

Mémoires du temps, de témoins, d’acteurs, d’historiens contemporains traitant de la guerre des camisards

AIGALIERS baron d', : Souvenirs du baron d'Aigaliers, édité par G. Frostérus 66 p Lausanne Bibliothèque Universelle 1866

ANONYME : Etat et description des Sevennes par rapport à ce qui s'y passe aujourd'hui 8 p , in 12 Londres 1703

ANONYME : Description de l’Etat des Sevennes par rapport à ce qui s'y passe aujourd'hui avec l’interprétation d'un songe que le roy de France fist l'année 1689 'réédition ouvrage précédent 22 p, in 16 Berlin 1703

ANONYME : Un épisode de l'histoire des camisards dans l'Ardèche (titre original : Relation de ce qui s'est passé à Vagnas), récit publié à l'origine par l'abbé BLANCHARD 32 p Nîmes Lacour 1994 Réédition Bull. d'Hist. Eccl. et d'archéol. du dioc. de Valence, t. II, 1881-1882.

ANONYME : Exécutions de Camisards faites à Nimes du 26 juillet 1702 au 22 mai 1705, édité par A. de Lamothe 27 p, in 8 Nîmes Imp. P. Lafare 1874 Réédition Lacour 1992

ANONYME : Les Raisons véritables des habitants des Cévennes sur leur prise d'armes. Une édition a été publiée à Berlin sous le titre: Manifeste des habitants des Cévennes sur leur prise d'armes 7 et 22 p Londres, Berlin 1703

ANONYME : Avis à Mr Rescossier sur la relation qu'il a donnée au public au sujet du massacre commis dans les Cévennes sur la personne de Mr l'abbé du Chaila 46 p, in 16 slnd, mais probablement de 1703

ANONYME : Les Cévenols secourus ou l’Europe esclave 50 p, in 4 Cologne 1704

ANONYME : Fragments de la Guerre des Camisards (1692-1709), journal d'un officier en garnison à Alès, publié par M. Tallon 105 p., in 8 Privas "Imprimerie typographique du ""Patriote""" 1887 Réédition Lacour 1994

ANONYME : Lettre pastorale aux fidèles des Cévennes 18 p, in 16 La Haye 1702

ANONYME : La nécessité de donner un prompt et puissant secours aux Protestants des Cévennes où l'on fait voir la justice, la gloire, l'avantage de cette entreprise et les moyens d'y réussir avec une courte description géographique et historique des Cévennes 16 p, in 4 Londres 1703

ANONYME : Lettre de M... Pr fr. aux religionnaires révoltez des Cévennes 8 p, in 16 slnd

BASVILLE de Lamoignon N. de, : Mémoires secrets pour faire connaître à Louis de Bernage, son successeur, l’esprit de la province et l’art de gouverner (1717) 16 p Montpellier Chroniques du Languedoc 1877

BERWICK Maréchal de : Mémoires du maréchal de Berwick, écrits par lui-même, tome 1 Paris 1778

BONBONNOUX Jacques : Les Insurgés protestants sous Louis XIV. Etudes et documents inédits publiés par Frosterus 206 p., in 18 Paris Reinwald 1868

BONBONNOUX Jacques : Mémoires, édité par le pasteur Vielles. 124 p in 8 En Cévennes (Anduze) Alfred Castanier 1883 Réédition Presses du Languedoc, 1983

BRUEYS D.A : Histoire du fanatisme de notre temps où l’on voit les derniers troubles des Cévennes, tomes 3 et 4, Montpellier, 1713. Les 4 volumes ont été réédités en 3 volumes à Utrecht en 1737, et à La Haye en 1755.

CAVALIER Jean : Mémoires sur la guerre des Cevennes, édité par F. Puaux XXI-332 p, in 8 Paris Payot 1918 Plusieurs rééditions

CISSALIERES (sieur de), Elie Salvaire : Relation sommaire des désordres commis par les Camisards des Cevennes, publié par Didier Potton 254 p Montpellier Presses du Languedoc 1993

COLLECTIF : Journaux camisards, extraits des Mémoires d'Abraham Mazel et Elie Marion, Jean Gaubert et Jacques Bonbonnoux, édité par Ph. Joutard, 185 p, in 12 Paris UGE 10/18 1964

CORTEIZ Pierre : Mémoires de Pierre Carrière, dit Corteiz, Pasteur du Désert, édité par J. Baum 88 p, in 8 Strasbourg 1871

CORTEIZ Pierre : Mémoires et lettres inédites 202 p Mende Société des Lettres, Sciences et arts de la Lozère 1983

CORTEIZ Pierre : Relation historique des principaux événements qui sont arrivés à la religion protestante depuis la révocation des édits de Nantes, l’an 1685, jusqu'en l’an présent 1728, édité par E. Hughes, Histoire de la Restauration du protestantisme en France Paris Michel Levy

DE MEREZ soeur, : Lettres, publiées par E. de Barthélémy, sous le titre: Mémoires et journal des camisards, extrait des ... 140 p. Montpellier Chroniques du Languedoc 1874

DUNOYER Mme : Mémoires, tome IV Cologne 1710

DUNOYER Mme : Lettres historiques et galantes, tome III 1712

FLÉCHIER Esprit : Lettres choisies avec une relation des fanatiques du Vivarez et des reflexions sur les divers caractères des hommes Paris 1715 Réédition 1734, et en 1997 par Daniel Vidal

FLÉCHIER Esprit : Oeuvres complètes de Messire Esprit Fléchier, évêque de Nismes, t. V, 2' partie Nîmes 1782

GUISCARD La Bourlie, marquis de : Mémoires du marquis de Guiscard dans lequel est contenu le récit des entreprises qu'il a faictes dans le royaume et hors du royaume de France pour le recouvrement de la liberté de la patrie 181 p, in 12 Delft 1705 Réédité en 1840 dans Archives curieuses de l'Histoire de France de Louis XI à Louis XVIII, publiés par Cimber et Danjou

JURIEU : Avis à tous les alliez, protestants et catholiques romains, princes et peuples, souverains et sujets sur les secours qu'on doit donner aux soulevez des Cévennes 34 p sl 1705

LA BAUME Ch. J. de, : Relation historique de la révolte des fanatiques ou des Camisards, édité par l'abbé Goiffon Nîmes Librairie Louis Bedot 1874

LOUVRELEUlL Jean-Baptiste : Histoire du fanatisme renouvellé où l’on raconte fidèlement les sacrilèges, les incendies et les meurtres commis dans les Cévennes et les châtiments qui en ont été faits 2 tomes en 1 vol, 6+54 p, in 12 Toulouse Nicolas Henaut 1703 Réédition Toulouse 1704

LOUVRELEUlL Jean-Baptiste : Le Fanatisme renouvellé ou histoire des sacrilèges, des incendies, des meurtres et des autres attentats que les calvinistes révoltés ont commis dans les Cévennes et des châtiments qu'on en a faict 3 tomes , 10+218+tables14p., 12+233+tables15p, 12+223+tables13p Avignon Joseph-Charles Chastanier 1704

LOUVRELEUlL Jean-Baptiste : L'obstination confondue ou suite du fanatisme renouvelé, c'est à dire de l'histoire des sacrilèges, des incendies, des meurtres, & des autres attentats que les Calvinistes révoltés ont commis dans les Cévennes & des châtiments qu'on en a faits, qui contient tout ce qui est arrivé en dernier lieu, depuis la fin de l'année 1704 jusqu'au mois de février 1706, 1 vol. de 16+168+tables 24 Avignon 1706 Les 4 tomes ont été réédités en un volume à Avignon, en 1868, sous le titre général: Le Fanatisme renouvelé.

LOUVRELEUlL : Lettre de l’auteur du fanatisme renouvelé à M. Brueys de Montpellier slnd 1710

MAZEL Abraham, Marion Elie : Mémoires inédits d'Abraham Mazel et d'Elie Marion sur la guerre des Cévennes 1701-1708, publié par C. Bost 237 p., in 8 Paris Huguenot Society 1931 Réédition Presses du Languedoc 1983

MINGAUD abbé : Troubles des Cévennes à l’occasion de la guerre des camisards, éd. du Journal de Mingaud, publié par Burdin, in Documents historiques sur la province du Gévaudan p 279-305, in 8 1846 Rééd. Le Vigan, 1889.

MISSON Maximilien : Le Théâtre sacré des Cévennes ou Récit de diverses merveilles nouvellement opérées dans cette partie de la province de Languedoc 146 p, in 12 Londres 1707 Rééditions nombreuses

MISSON Maximilien : Meslanges de littérature historique et critique sur tout ce qui regarde l'état extraordinaire des cévenois appelés camisards Londres 1707

RESCOSSlER chanoine : Relation de la mort de l’abbé Langlade du Chayla et de plusieurs autres personnes qui ont été massacrés par les fanatiques des Cévennes du diocese de Mende Toulouse 1703 Réédité en 1853 à Toulouse

ROCAYROL Tobie : Mémoires, publié par E. Thomas, sous le titre: Un agent des alliés chez les Camisards 57 p., in 4 Montpellier 1859

ROCAYROL Tobie : Relation exacte et circonstanciée de la conduite de Tobie de Rocayrol .... 208 p, in 12 Londres 1753

ROSCHACH : Histoire générale du Languedoc tomes 13 et 14 Toulouse 1876

VIDAL Grégoire, Prieur de Mialet : Lettres du Prieur de Mialet, publié par H. Affre sous le titre: Les Camisards en action 147 p, in 8 Rodez 1890 Réédité en 1988 : Lettres et rapports sur la guerre des camisards (1702-1704) par Bernard Atger (Presses du Languedoc

VILLARS maréchal, duc de, : Mémoires, Nouvelle Collection des " Mémoires relatifs à l'Histoire de France " Paris 1854 et 1889

Un poème en langue allemande de Philippe Beyer

Je me permets de vous faire parvenir les références de mon poème " Kamisarde, großer " publié ce printemps sur mon site internet en langue allemande, consacré à la littérature et la photographie en Alsace-Lorraine : http://www.buddigg.com/

En ce qui concerne mon poème, j'essaie de vous le présenter en bref
(TRADUIRE un poème est toujours chose très délicate!):
Strophe 1: le Camisard en tant que "mangeur-de-sauterelles" dans le désert que l'on a fait autour de lui; son âme triomphe quand même, qui est un grand jardin; allusions au "Razement des Cévennes" et à la
réponse de Pierre Séguier lors de son interrogatoire.
Strophe 2: on veut lui "casser le dos" (en allemand= casser à quelqu'un sa personnalité) en l'envoyant ramer sur les galères du bout du monde; le Camisard, un Cathare qui porte la chemise interdite.
Strophe 3: Le Camisard dort "sous les étoiles" d'un pays qui n'appartient qu'à lui et au loup; pain et ail au bord du torrent; Bible et psaumes sous la protection des rochers.
Strophe 4: "Résister", allusion à la Tour de Constance et Marie Durand; indirectement aussi à Rolland qui, si mes souvenirs sont bons, était toujours accompagné de sa femme.
Strophe 5: la maison en ruines, les champs partis en fumée; le Camisard un "combattant-occitan-qui-va pieds-nus"; l'âme du Sud, impossible à saisir, impossible à briser.

La terre est mon lit! - Le ciel, ma couverture!
Erkennungswort der Kamisarden

Kamisarde, großer
Von Philipp Beyer

Du zahnloser Heuschreckenfresser in der Wüste,
Die sie um dich legten,
Du zeigst es ihnen:
Ein großer Garten, deine Seele!

Sie brechen dir, wenn sie dich haben,
Brechen dir Rippen und Rücken
Auf rudernder Galeere am Ende des Weltmeers,
Du Katharer im verbotenen Hemd!

Du schläfst unter den Sternen des Landes,
Das dein ist nur und dem hageren Wolf,
Kamisarde, großer, in deinen Cevennen:
Brot und Knoblauch am Bergbach,
Bibel und Psalmen am Fels!

Résister – es ritzt’s deine Frau
In die Kerkerwand – résister! –
Für euch und für euer Kind,
Das ihr zeugtet am Berg, im Gras, dem harten!

Dein Haus ist Rauch und Asche dein Feld;
Du weißt, okzitanischer Barfußkämpfer:
Sie würden dich brechen, wenn sie dich nur hätten,
Du die verbissene Seele des Südens!

Marie Durand, Pierre Séguier, Abraham Mazel und den vielen anderen gewidmet, die sich nicht beugten.

© 2002 Ph. Beyer

 

Les camisards, chanson d’Emmanuel Travier

Paroles de la chanson Camisard (album Sept Couleurs)

Je me souviens des traces de nos pères,
Qui ont lutté pour leur Foi,
Et sur les plateaux de Lozère,
Les arbres morts racontent des combats.
Sous le pont au bord de la rivière,
Chemises blanches le regard droit,
Les uns pris pour la galère,
Les autres prient les ailes de la Foi.

Refrain :
Je me souviens des larmes des femmes,
Enfermées dans la grande tour,
Du bord de mer scintillent une flamme,
Sans cette Foi on ne va pas jusqu'au bout.
Je me souviens des caches de nos pères,
Que les dragons n'ont pas trouvé,
Cette longue traversée du désert,
Et tous ces noms pour se rappeler.
Les ongles brisés de colère,
Marie Durand, durant toutes ces années,
Gravant Résister sur la pierre,
En un seul mot elle a tout donné.

Refrain…

Je me souviens des joies de nos pères,
Voyant les poings se délier,
Devant la croix et la bannière,
Une nouvelle ère va commencer.
Et sur la route en partant,
Quand tu sors de ce pays,
Souviens toi qu'il y a longtemps,
Des Camisards ont payé de leur vie.

Refrain…

Les spectateurs du superbe diaporama de Michel Verdier ont pu remarquer cet été cette chanson composée en hommage aux camisards.

Laissons à l'auteur, Emmanuel Travier, le soin de raconter la genèse de cette chanson :

"C'est à l'age de 17 ans, que j'ai entre mes mains ma première guitare. Sans plus tarder et avec un désir effréné, je commence à écrire des textes et des musiques, avec "simplicité" et sincérité. Je découvre là, un véritable moyen de communication et de joie personnelle profonde. Je compose mes chansons avec toujours ce même désir de raconter les sentiments vécus ou imaginaires, les miens ou ceux des autres, ceux que j'aime et ceux que je croise au détour de la vie. Au travers de mes chansons, j'ai forcément quelque chose à dire, quelqu'un à remercier, des valeurs à défendre. L'inspiration? Elle me vient au travers des rencontres, des expériences…
En 1989, je part vers le continent africain où durant deux années, je profite de la richesse du pays, pour écrire en utilisant toutes les influences locales; couleurs, ambiance, découvertes...Dés mon retour en France, je rencontre Lucas Sanchez qui me permet d'enregistrer ma première maquette: Au bout des poches (1996). Puis en 1997 mon premier album: Sur le même trottoir est produit puis distribué. L'accueil très satisfaisant de ce premier album (interviews et diffusions radio, articles de presse, distribution à la FNAC, programmation télé, concerts..) me motive et m'encourage à écrire et à composer mon deuxième album: Sept couleurs dont est extrait le single CAMISARDS".

Adresse du site d'Emmanuel Travier : http://membres.lycos.fr/travier

Pour se procurer le CD sur le net : http ://www.capinternet.net